ACTUALITES

Posté le 03/04/2022

...

J’’ai découvert il y a quelques semaines un magnifique album consacré aux chansons de Claude, enregistré par le trio « Tribu Nougaro ». Ce n’est pas un simple hommage (les Américains diraient dans ce cas « a tribute »). Laurent Malot (chant), Christophe Devillers (trombone, contrebasse et harmonica) et Franck Steckar (piano, trompette et percussion) démontrent de façon éclatante qu’ils font eux aussi partie de notre grande famille. Avec des arrangements originaux mais plutôt sobres qui soulignent la puissance des textes de Claude, ils s’approprient vraiment les différentes chansons.

Il y a de belles réussites, par exemple La chanson, Le cinéma, Quatre boules de cuir, A bout de souffle (qui n’est pas facile à chanter ni à jouer au piano, mais ils s’en tirent plutôt bien) ou encore Assez dont l’écoute s’impose plus que jamais en cette période.

J’aime un peu moins les deux plages qui regroupent trois chansons (les Américains parleraient de deux « medleys »), d’abord Brésilien / Bidonville/ Tu verras puis L’amour sorcier /Paris mai/ Locomotive d’or. Ce qui me gêne un peu c’est que dans ces « medleys », ils mélangent les paroles des différentes chansons, mais ces rapprochements sont justifiés au niveau musical : dans le premier cas il s’agit de musiques brésiliennes, dans le second de musiques africaines.

 Pour Paris mai, l’inspiration africaine n’est pas évidente au niveau des paroles, mais la mélodie reprend un air du « folklore africain » : Flomela  que Eddy Louiss a adapté pour Claude. C’est sans doute Eddy qui a fait connaître cette mélodie à Claude car il en a lui-même enregistré en 1968 une superbe version avec Jean-Louis Viale à la batterie et un  bassiste que vous devez connaître : Luigi Trussardi. Vous pouvez la retrouver sur un CD réédité en 1996 chez Dreyfus Jazz qui permet également d’écouter un autre air du folklore, mais français cette fois : Colchiques ainsi qu’un hommage au guitariste René Thomas qu’Eddy a simplement intitulé A René. Cet album « Flomela » est toujours disponible dans le commerce et on peut l’écouter aussi sur les plateformes musicales.

Il existe aussi une excellente version enregistrée par Nina Simone en 1960. Elle figure sur l’album « Nina Simone at Newport ».

Le dernier titre de l’album « Tribu Nougaro » n’est pas une chanson de Claude mais un bel hommage à Claude qu’ils ont sobrement intitulé Nougaro.

L’album s’ouvre sur un autre hommage, celui que Claude a adressé à son père Pierre Nougaro avec sa chanson Toi, là-haut. Je trouve que le choix de cette première chanson est particulièrement judicieux car on pourrait y voir aussi un hommage de Franck Steckar à son père, le regretté Marc Steckar (il nous a quittés en 2015) qui a accompagné Claude quelques années, de 1973 à 1983. Dans les années 80, il jouait du trombone aux côtés de Richard Galliano (qui n’était pas qu’accordéoniste).

L’instrument de prédilection de Marc Steckar n’était pas non plus le trombone mais le tuba.

En 1981, il a formé le « Steckar Tubapack » avec lequel il a connu une certaine notoriété. Il a joué  dans de nombreux festivals de jazz et a enregistré plus d’une vingtaine de disques autour du tuba.

Parmi ceux-ci on peut retenir « Kantation » paru en 1981 où il joue en duo avec un de ses « complices » de l’orchestre de Claude du début des années 80 : le pianiste Bernard Arcadio qui vient de rejoindre il y a quelques semaines son ami Marc au paradis des musiciens.

Nous avons fait la connaissance de Bernard en 1980, lorsqu’il a eu la lourde tâche de succéder à Maurice Vander aux fonctions de pianiste de Claude. Comme vous le savez sans doute, Claude et Maurice venaient de se brouiller – cette « fâcherie » durera quelques années - et Maurice a quitté brutalement Claude, entraînant dans son sillage le bassiste Luigi Trussardi et le batteur Charles « Lolo » Bellonzi. Claude a dû renouveler dans l’urgence son « équipage » qui est devenu un véritable « nid » de Niçois : Richard Galliano y était déjà depuis quelques années et en même temps que Bernard est arrivé son vieil ami, le batteur André « Dédé » Ceccarelli, qui sera bien vite remplacé en tournée par un autre Niçois, Frédéric Sicart. Il y avait aussi un « voisin », le fidèle saxophoniste de Claude, Bob Garcia qui était né à Toulon.

Bernard Arcadio qui possédait une solide culture musicale s’est vite adapté au répertoire de Claude et, avec ses amis, l’a même enrichi de sonorités proches du jazz-rock. C’est lui qui a composé la musique de Nous voici qui était à cette époque la chanson avec laquelle Claude entrait en scène, ce qui lui permettait de rendre un bel hommage à ses musiciens mais aussi à son équipe technique : 

« Tous tendus pour grandir ma petite personne. »

Bernard Arcadio a également cosigné, conjointement avec Richard Galliano et Dédé Ceccarelli la musique de Cadencé :

« On ne demande qu’à danser »

Bernard Arcadio a fait une belle carrière en tant que pianiste et arrangeur. Outre avec Claude, il a travaillé avec et pour une centaine d’artistes, français et américains – il a passé une dizaine d’années aux USA.

Je ne vous en cite que quelques un(e)s : Dee Dee Bridgewater, Quincy Jones, Lalo Schifrin, Herbie Hancock, Ray Brown, Wayne Shorter, Dizzie Gillespie , Maurane, Nicole Croisille, Yves Duteil…

Ce que l’on sait moins c’est qu’il était aussi chanteur : il a par exemple enregistré sa propre version de Nice very nice dont il a composé la musique pour Claude.

Le samedi 26 mars, dans le cadre de l’émission « Etonnez-moi, Benoît », présentée par Benoît Duteutre, France-Musique a rendu un petit hommage à notre ami Bernard permettant de l’entendre  lui-même commenter quelques enregistrements marquants de sa riche discographie.

Cela commence par une version live (2010) de J’aime les filles. Bernard a en effet accompagné deux fois Jacques Dutronc en tournée : en 1992-93 et en 2009-2010.

Avouez que, comme moi, vous auriez été déçus si vous n’aviez pas entendu Bernard avec Claude.

Ce ne sera pas le cas, le deuxième titre judicieusement choisi par Benoît Duteurtre est Le chat capté en décembre 81 au New Morning.

C’est pour nous bien sûr une incitation à réécouter l’album entier, ainsi que les deux autres albums en studio auxquels a participé Bernard : « Chansons nettes » en 1981 et « Ami chemin » en 1983.

Le troisième titre de l’émission de France Musique permet d’écouter Bernard avec Gilbert Bécaud.

Il s’agit de Oh que Paris c’est loin qui évoque elle aussi la ville de Nice que Gilbert connaissait bien également (il est né à Toulon, mais, comme Bernard, il a fréquenté le Conservatoire de Nice). Cette chanson est extraite du CD paru en 1993« Une vie comme un roman ». Bernard Arcadio a été le pianiste et l’arrangeur de cet album réalisé et produit par Mick Lanaro. Il a été enregistré aux Etats-Unis, ce qui lui confère une sonorité exceptionnelle. Si vous ne le connaissez pas - ce n’est pas le plus populaire de Gilbert-, je vous en recommande l’écoute. J’ai un faible particulier pout le cinquième titre « Il est à moi (l’Olympia) » qui décrit ce que ressent le chanteur quelques minutes avant d’entrer sur cette scène mythique que Gilbert connaissait encore mieux que Claude puisqu’il s’y est produit 33 fois.

L’émission s’achève avec un autre grand moment Chambre avec vue, un titre extrait de l’album éponyme d’Henri Salvador paru en 2001 dont Bernard Arcadio (qui a été pendant 27 ans le pianiste attitré d’Henri) a assuré la direction d’orchestre et les arrangements.

Cet album qui s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires a marqué le retour triomphal d’Henri Salvador. On peut noter que Thomas Dutronc et Laurent Vernerey y ont également participé.

Voici un lien pour écouter cette émission de France Musique. L’hommage à Bernard Arcadio commence au bout d’un quart d’heure.

Le programme de musiques ... Bernard Arcadio (1945-2022) pianiste, arrangeur & chef d'orchestre (radiofrance.fr)

Il me reste à vous rappeler de réserver votre soirée du jeudi 7 avril pour visionner à 21 h 10 sur France 3 la diffusion du documentaire  « La vie rêvée de Nougaro » réalisé par Thierry Guedj avec la collaboration de notre ami Jean-Pierre Brun.

Je crois que nous en reparlerons bientôt et vous adresse toutes mes amitiés.

Raymond Lernould 

AGENDA

ACTUALITES

Posté le 04/05/2022

Message de mai 2022 ou « Au cours d’une vie qui fut mouvementée… »

« Au cours d’une vie qui fut mouvementée

Il suffit d’une voix, d’un certain regard pour qu’on voie

Un espoir toujours recommencé

Que l’on croie en l’amour planté sans cesse et replant酠» 

 (L’espérance en l’homme,  album « La note bleue » 2004)

» lire la suite

...

Posté le 04/05/2022

Message de mai 2022 ou « Au cours d’une vie qui fut mouvementée… »

« Au cours d’une vie qui fut mouvementée

Il suffit d’une voix, d’un certain regard pour qu’on voie

Un espoir toujours recommencé

Que l’on croie en l’amour planté sans cesse et replant酠» 

 (L’espérance en l’homme,  album « La note bleue » 2004)

» lire la suite

...

Posté le 04/05/2022

Message de mai 2022 ou « Au cours d’une vie qui fut mouvementée… »

« Au cours d’une vie qui fut mouvementée

Il suffit d’une voix, d’un certain regard pour qu’on voie

Un espoir toujours recommencé

Que l’on croie en l’amour planté sans cesse et replant酠» 

 (L’espérance en l’homme,  album « La note bleue » 2004)

» lire la suite

...

Posté le 04/05/2022

Message de mai 2022 ou « Au cours d’une vie qui fut mouvementée… »

« Au cours d’une vie qui fut mouvementée

Il suffit d’une voix, d’un certain regard pour qu’on voie

Un espoir toujours recommencé

Que l’on croie en l’amour planté sans cesse et replant酠» 

 (L’espérance en l’homme,  album « La note bleue » 2004)

» lire la suite

...

Posté le 04/05/2022

Message de mai 2022 ou « Au cours d’une vie qui fut mouvementée… »

« Au cours d’une vie qui fut mouvementée

Il suffit d’une voix, d’un certain regard pour qu’on voie

Un espoir toujours recommencé

Que l’on croie en l’amour planté sans cesse et replant酠» 

 (L’espérance en l’homme,  album « La note bleue » 2004)

» lire la suite

...

Posté le 03/04/2022

Petites nouvelles d'avril 2022, par Raymond Lernould

» lire la suite

...

Posté le 08/03/2022

Petites nouvelles de mars 2022 par Raymond Lernould

» lire la suite

...

Posté le 03/02/2022

Petites nouvelles de février 2022

» lire la suite

...

Posté le 24/01/2022

Toulouse. Le Prix Nougaro nouvelle formule lance un appel à tous les talents de l'Occitanie 

» lire la suite

...

Posté le 05/01/2022

Petit message de janvier 2022 ou E pericoloso sporgersi

« Sur les grandes lignes de vie, d’amour ou de mort

Dans le train fantôme des zombies

E pericoloso sporgersi »   (E pericoloso sporgersi   1978, album « Tu verras »)

» lire la suite

...



Forum

Lieu d'échanges, d'information, de rencontres, de partages, de découvertes…

Se connecter