ACTUALITES

Posté le 05/01/2023

...

« Un jour, un jour c’est sûr

Reviendra le jour pur

L’immense jour d’avant le Temps

Le couple moribond

Se lèvera d’un bond

Armé d’amour jusqu’aux dents »    (Armé d’amour, 1971, album « Sœur âme »

Chers Amis

En ce début d’une année nouvelle, je voudrais d’abord, avec Hélène et tous les responsables de notre belle Association, vous présenter nos meilleurs vœux.

Nous espérons qu’une fois de plus Claude aura été visionnaire et que, après cette sombre période de crise sanitaire et économique suivie d’une guerre sur le sol européen, 2023 verra les hommes « armés d’amour jusqu’aux dents »  retrouver la raison et la paix.

Nous souhaitons avant tout que vous puissiez rester en bonne forme et, quoi qu’il arrive, garder « l’espérance en l’homme » 

Si l’année 2022 nous a apporté de multiples événements autour de Claude (à Toulouse, à Paris, sur l’Île de Ré, à Bergerac et dans toute la France), je crois qu’à cet égard 2023 a commencé très fort.

D’abord, à la télévision, France 3 a eu l’excellente initiative de rediffuser le téléfilm « Meurtres à Toulouse » le 31 décembre à 21 h 10.  Ces meurtres ont un lien avec les paroles d’une chanson de Claude. Je vous laisse deviner laquelle.

Si vous n’avez jamais vu ce téléfilm, vous disposez encore de quelques jours pour le visionner.

J’en profite pour remercier Annick, notre « indic hâtif », présent comme toujours là où il est question de Claude, d’avoir attiré mon attention sur cette rediffusion.

La nuit du Réveillon, c’est sur France Culture qu’il fallait se brancher pour écouter 7 heures d’émissions consacrées à Claude.

L’essentiel de cette séquence, « Armé d’amour », d’une durée de six heures, avait été diffusé pour la première fois le 1er janvier 1990.

La première question que je me suis posée a été : comment ai-je pu en 1990 passer à côté d’un tel événement ? La seule réponse que j’aie trouvée est qu’à l’époque, il n’y avait pas d’Association Nougaro pour échanger les bonnes infos.

Je vous avouerai que je n’ai pas tout entendu en direct mais je vous indiquerai à la fin de ce message comment (ré)écouter ces trésors empruntés aux archives de l’I N A.

La durée exceptionnelle de cette émission permet à Claude de s’exprimer librement et sereinement sur les sujets qui lui sont suggérés. En 1990, Claude termine sa « période américaine ». Le « has been » qu’il prétendait être a effectué un formidable « come back » grâce à ses deux albums américains : « Nougayork » en 1987 et « Pacifique » en 1988. Cette même année, Claude s’est produit près de deux semaines au Zénith de Paris, ce qui donnera naissance au live « Zénith made in Nougaro » paru l’année suivante.

Je ne puis pour l’instant tout vous résumer, la matière est trop riche, mais vous me ferez peut-être part vous aussi de vos impressions.

Personnellement, j’ai été très ému d’entendre Claude réciter impeccablement un poème d’Audiberti ainsi que le texte Tolosa carnaval qu‘il avait interprété en mars 1987 sur le toit du Capitole de Toulouse. Il y a les témoignages précieux de certains musiciens, à commencer par Maurice Vander avec qui Claude reconnaît qu’il avait une relation fusionnelle, comme au sein d’un couple, ce qui devait inévitablement provoquer une brouille terrible qui durera quatre ans mais ils se réconcilieront pour entreprendre la tournée triomphale du « Nougaro Trio » avec Pierre Michelot à la basse et Bernard Lubat à la batterie, parfois remplacé par Francis Lassus que l’on entend aussi dans cette émission.

Richard Galliano évoque lui aussi ses débuts chez Claude. Il avait été recommandé à Claude par son batteur d’alors, Charles Bellonzi, niçois tout comme Richard et avait la lourde tâche de succéder à Eddy Louiss parti vers d’autres aventures. C’est pourquoi, au début, il jouait d’un accordéon électronique qui n’était pas sans rappeler les sonorités de l’orgue d’Eddy. La première composition de Richard pour Claude a été « Des voiliers » et Claude nous révèle qu’une phrase de son texte : « De  l’air, de l’air, de l’air » a en fait été prononcée par Eddy Louiss le jour où Claude lui a présenté Martine qui allait devenir sa femme.

Il est très émouvant aussi d’entendre le père de Claude, Pierre Nougaro, dont Claude avait appris le décès lorsqu’il était en train d’enregistrer son album « Pacifique », ce qui fait que la chanson Toi là haut dédiée à son père figurera sur cet album.

Christian Laborde nous confirme l’importance qu’a revêtue pour Claude la figure du père. Il raconte aussi la joie un peu maligne que ressentait le jeune Claude lorsqu’il voyait son père mourir sur scène quand il allait le voir au Capitole.

Je n’en dis pas plus, vous vous ferez votre jugement par vous-mêmes :

Armé d'amour, une nuit avec Claude Nougaro (radiofrance.fr)

La dernière heure de cette « nuit avec Claude Nougaro » est la rediffusion d’une série de cinq questions qui ont été posées à Claude en janvier 1963 sur les ondes de la radio qui s’appelait alors « Paris Inter » par la romancière et  productrice Florence Aboulker. La date est très importante car Claude venait d’accéder à la notoriété nationale suite à la parution chez Philips de ce que l’on peut considérer comme son véritable premier album (l’album paru en 1959 chez Président n’avait connu qu’un succès d’estime).

C’est grâce à l’insistance de Michel Legrand (que l’on entend aussi bien sûr dans la première partie de l’émission) que Claude avait pu signer chez Philips. C’est le grand Michel qui a composé la plupart des pépites de cet album : Le cinéma, Les Don Juan, Ouh !, La chanson, Le paradis, Le rouge et le noir, Tout feu, tout femme

La musique des deux autres titres Une petite fille et le jazz et la java est signée Jacques Datin mais, pour cette dernière composition, il faut émettre une restriction : elle est fortement inspirée du thème de Dave Brubeck Three to get ready.

La série des « questions à Claude Nougaro » s’achève avec les vœux de Florence Aboulker mais hélas ceux-ci ne seront pas exaucés car quelques mois plus tard Claude sera victime d’un terrible accident de la route qui l’immobilisera plusieurs mois. Ce n’est qu’en novembre 63 qu’il reviendra à l’Olympia où il montera sur scène avec ses béquilles pour interpréter entre autres « Pauvre Nougaro ».

Voici les  5 liens qui vous permettront d’écouter cette série de brefs entretiens :

Claude Nougaro : "Je suis un romantique" (radiofrance.fr)

Claude Nougaro : "Il me semblait avoir une vocation d'écrivain, de poète" (radiofrance.fr)

Claude Nougaro en 1963 sur ses débuts dans la chanson : "L'été dernier, je me suis dis, il faut y aller" (radiofrance.fr)

Claude Nougaro : "La réussite, c'est une question de morale" (radiofrance.fr)

Claude Nougaro : "Il me manque toutes les qualités d'harmonie en soi-même" (radiofrance.fr)

Pour ne pas faillir aux traditions, nous terminerons par la rubrique « la question du mois ».

Bravo à ceux qui ont trouvé la réponse à la dernière question.

La phrase :

« Une chanson à l’infini

D’un souffle neuf brisant ces noces »

est tirée du très beau texte Le chant du désert que Claude a écrit sur une musique sublime d’Eddy Louiss. Cette chanson figure sur l’album « Femmes et famines » paru en 1976.

Comme vous êtes peut-être (comme moi) un peu fatigués suite à cette nuit de réveillon en compagnie de Claude, je vous propose ce mois-ci une question plus simple.

Comme vous le savez, Claude a été un grand amoureux devant l’Eternel. Il n’est donc pas étonnant que ses textes évoquent d’autres grands amoureux. 

Pourriez-vous citer trois chansons où apparaît le personnage de Roméo ?

En attendant de vos nouvelles, je vous souhaite le meilleur pour cette année qui commence.

Raymond Lernould

AGENDA

ACTUALITES

Posté le 05/02/2023

Lettre de février 2023 - Raymond Lernould

» lire la suite

...

Posté le 05/02/2023

du 8 mars au 23 avril 2023 au Théâtre de l’Atelier (à Paris 18ème). Voici tous les renseignements. Si vous avez envie de venir, ne tardez pas à réserver.

Ici Nougaro - Théâtre de l'Atelier | L'Officiel des spectacles

» lire la suite

...

Posté le 26/01/2023

L’HEMU à Montreux pour une soirée unique autour des chansons de 

Claude Nougaro avec entre autres, Natalie Dessay et Yvan Cassar Fondation de la Saison culturelle de 

Montreux av. Claude-Nobs 5 1820 Montreux contact : +41 21 962 21 40  pierre.smets@montreux.ch 

» lire la suite

...

Posté le 05/01/2023

Message de janvier 2023 ou « Un jour, un jour c’est sûr       Reviendra le jour pur… »

» lire la suite

...



Forum

Lieu d'échanges, d'information, de rencontres, de partages, de découvertes…

Se connecter